Le Top/Flop 2014

67 films sortis sur les écrans vus en 2014. Autant de notes à retrouver ici. Il est temps de dresser un petit classement personnel.

Commençons par les vilains petits canards de l’année. Ayant pour habitude de regarder un peu les critiques avant d’aller voir un film, il est peu probable que j’ai vu ce qui était sorti de pire. Mais avant-premières, films vus le jour de leurs sorties ou hallucinations collectives laissent le champs, parfois, à quelques très mauvaises surprises (notes /10):

Albert à l’ouest 0.5
Nos Pires Voisins 1
47 Ronin 2
Expendables 3 2
The Colony 2
22 Jump Street 2.5
300 : La naissance d’un Empire 3
Saint Laurent 3
Dracula Untold 3
Mr Turner 4
The Amazing Spider-Man : Le Destin d’un Héros 4.5

a-million-ways-e1401386487522__140531141525

Pour les 2 derniers, je concède qu’un visionnage complet des films sortis en 2014 les aurait mathématiquement expulsés du Flop 10. Concernant les places 1 à 8, je maintiens que ce sont de belles bouses. Quelques commentaires pêle-mêle:

  • Quand les producteurs ont entre les mains une bonne licence, ils feraient bien de comprendre pourquoi celle-ci fonctionne: l’humour des Expendables et de 21 Jump Street ou le côté caricatural de 300 n’auraient pas dû être gommés au profit de propos plus sérieux dans leurs suites respectives.
  • Sans matière tangible à disposition, on ne fait pas un film. Et surtout pas un biopic! N’est ce pas M. Bonello?
  • Albert à l’ouest et Nos pires voisins sont sortis cet été avec l’étiquette « scénario original ». Les 2 seuls films américains estivaux à ne pas être des adaptations/préquels/suites/remakes/reboots. Quand on voit le résultat, on peut nuancer nos critiques sur la frilosité de certains producteurs US. Et commander un grand bûcher pour les affreux qui ont participé à ces 2 projets.

Passons maintenant aux bonnes choses.

Winter Sleep 9.7
Mommy 9.6
Interstellar 9.5
Nebraska 9.4
Night Call 9.4
Dallas Buyers Club 9.3
Whiplash 9.2
Calvary 9
The Grand Budapest Hotel 9
Léviathan 8.5

Vous remarquerez que les 3 premiers ont des notes un peu étranges. Oui car dans leurs domaines respectifs, ils auraient tous trois mérité d’être sur la première place du podium. Mais on n’est pas chez Jacques Martin. Remarques complémentaires gracieusement fournies :

  • Nul besoin d’un scénario à la Lynch pour impressionner. Travailler ses personnages et ses dialogues peut suffire. Nuri Bilge Ceylan le démontre avec un génie incomparable. Cette palme à Cannes pour Winter Sleep ne venait pas de nulle part. Merci pour ce très grand moment.
  • Dolan nous a prouvé que jouer avec l’image et la musique était encore possible sans paraître prétentieux. Et quel émotion! En espérant que certains réalisateurs français ont bien senti la leçon de cinéma de ce petit génie de 25 ans.
  • Si on pouvait douter de la capacité de Nolan à se renouveler, le réalisateur le plus en vogue du moment nous a bien claqué le beignet. Au delà de l’ambition démesurée de son projet, c’est cette impression de grandeur, de sublime, d’apocalypse visuelle qui restera dans les annales.

Interstellar-e1414703696242-1940x1090

  • C’était l’année McConaughey. Après sa prestation fugace mais très remarquée dans le Loup de Wall Street fin 2013, le beau blond a raflé un Golden globe et un Oscar pour sa performance XXL dans Dallas Buyers Club. Avant d’enchaîner sur l’énormissime série HBO True detective et de finir l’année avec Anne Hathaway dans l’espace.
  • On a aussi eu le droit à de la poésie, de la magie. Pour les grands enfants que nous sommes. Le Grand Budapest Hotel et Walter Mitty (8/10) laisseront cette marque de douceur pleine de fantaisie derrière eux.
  • De la musique. Whiplash, oeuvre magistrale portée par le duel entre ses deux protagonistes et une partition nerveuse au possible. Le final le plus époustouflant de l’année.
  • Et puis il faut rire (un peu… beaucoup?). Nebraska, petite pépite indé, y sera parvenu de manière suprenante dans ce savant équilibre très Little Miss Sunshine entre comédie et drame.
  • Au rang des œuvres réellement sombres, Night Call et Léviathan dessinent avec un certain brio les travers de leurs sociétés respectives. Le propos y est si juste qu’il en devient terrifiant.
  • L’Europe n’aura pas été en reste non plus avec la parabole merveilleuse qu’est Calvary et la fraîcheur philosophique de Viva La Libertà (hors classement : 8/10). En France, La French et Les Héritiers sont les deux mieux notés (chacun recevant un 8/10) et montrent que malgré des sujets assez classiques, on sait faire de très belles œuvres dans l’Hexagone.

viva-la-liberta-05-02-2014-2-g


Et maintenant quelques prix divers:

  • Les coups de cœur acteurs/actrices: Brendan Gleeson (Calvary), J.K Simmons (Whiplash), Jessica Chastain (Interstellar, A most violent year), Matthew Mc Conaughey (Interstellar, Dallas Buyers Club), Jake Gyllenhal (Night call),  Toni Servillo (Viva La Libertà), Jean Dujardin (La French), Ben Stiller (Walter Mitty), Haluk Bilginer et Melisa Sözen (Winter Sleep), David Gulpilil (Charlie’s country), Emma Thompson (Dans l’ombre de Mary), Tilda Swinton (Only lovers left alive) et évidement Anne Dorval (Mommy).
  • Les deux séries à avoir vu cette année sont True detective et Fargo. En sus des toujours très bonnes Game of thronesWalking dead, Mad Men, Banshee, House of cards, Vikings et évidement Peaky blinders.
  • Pour finir les BO. Parce que je ne me refais pas. Mommy, les Gardiens de la galaxie, Calvary, #Chef et Interstellar. A retrouver ci-dessous.

Mommy

Les gardiens de la galaxie

Calvary

#Chef

Interstellar

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s